Les Landsgemeinden

Appenzell / Glarus

A1 - Dir Perly

A1 - Dir Perly

Route des Jeunes, Les Acacias, en direction de Carouge

Route des Jeunes, Les Acacias, en direction de Carouge

A1 - Perly

A1 - Perly

Tunnel 1

Tunnel 1

Pont de la Machine

Pont de la Machine

Route de Meyrin

Route de Meyrin

Geneva, Switzerland 2

Geneva, Switzerland 2

Tunnel 2

Tunnel 2

A1 - Meyrin dir. Lausanne

A1 - Meyrin dir. Lausanne

Tunnel 3

Tunnel 3

Tunnel 4

Tunnel 4

Genève City

Genève City

Lac de Neuchâtel 2

Lac de Neuchâtel 2

Yverdon-les-Bains, Place Pestalozzi

Yverdon-les-Bains, Place Pestalozzi

Station meteorologique et climatologique de Valeyres sous Montagny

Station meteorologique et climatologique de Valeyres sous Montagny

La landsgemeinde est une forme primitive de la démocratie suisse, unique en son genre dans le monde. Il se déroule le dernier dimanche d'avril (Appenzell) et le premier dimanche de mai (Glaris).

Partager le contenu

Merci pour votre avis
Une forme de démocratie directe, possible uniquement à l'intérieur de territoires restreints, se perpétue dans quelques cantons de Suisse centrale et orientale, dans les districts du canton de Schwyz et dans les «cercles» des Grisons.

Les citoyens qui ont le droit de vote sont convoqués à une date précise et se rassemblent en plein air pour élire les membres du gouvernement et les juges ainsi que pour voter les lois et les dépenses. La première landsgemeinde est recensée en 1294, soit trois ans après le pacte des Confédérés (serment du Grütli) de 1291.

Une fois l'an, dans les cantons, quelques milliers d'électeurs se réunissent en plein air pour la Landsgemeinde, afin d'élire leurs représentants et de prendre les décisions concernant les affaires de l'état. Parfois, il n'en va pas sans de violentes discussions, auxquelles chacun peut prendre part. Le vote a lieu à main levée et des hommes compétents estiment si la majorité est atteinte ou non. En cas de doute, il y a comptage.

Selon leur ancienneté, les Landsgemeinden ont conservé un traditionalisme et un cérémonial différents suivant les lieux. Ainsi les Appenzellois (les femmes ne possèdent pas ici le droit de vote sur le plan cantonal, bien qu'elles l'aient sur le plan fédéral) sont contraints de porter une épée attestant leur droit de vote.

Glaris permet aux enfants de se tenir à l'intérieur de l'ovale formé par les participants, afin qu'ils puissent se familiariser assez tôt avec les droits civiques qui les attendent. Lors des délibérations, le Landammann (président du gouvernement cantonal) s'appuie sur le glaive, symbole de sa fonction, qui lui est remis lors de son arrivée.


Choisissez une vue différente
pour vos résultats: