Lac de Lauenen - marais, lac et chutes d'eau

Lac de Lauenen - marais, lac et chutes d'eau

Les deux lacs de Lauenen, avec leurs zones côtières, prairies marécageuses, ceintures de roseaux, touffes de linaigrettes et bouquets de sapins, sont un paradis pour les oiseaux aquatiques.En savoir plus

Superbe vue panoramique depuis le Hundsrügg

Superbe vue panoramique depuis le...

Randonnée classique qui commence au col du Jaun en passant par le Hundrügg jusqu'à Rellerligrat.En savoir plus

Paradis du ski de fond entre Simme et Sarine

Paradis du ski de...

Tous les fondeurs en rêvent: glisser sur les pistes de ski de fond...En savoir plus

Lac de Lauenen - marais, lac et chutes d'eau

Les deux lacs de Lauenen, avec leurs zones côtières, prairies marécageuses, ceintures de roseaux, touffes de linaigrettes et bouquets de sapins, sont un paradis pour les oiseaux aquatiques.

Le lac de Lauenen, avec ses zones côtières, prairies marécageuses, ceintures de roseaux, touffes de linaigrettes et bouquets de sapins, est un paradis pour les oiseaux aquatiques.

Superbe vue panoramique depuis le Hundsrügg

Randonnée classique qui commence au col du Jaun en passant par le Hundrügg jusqu'à Rellerligrat.

Un trajet classique de l'Oberland Bernois: la traversée du Hundsrügg, en partant de Jaun pour arriver au Rellerligrat. Une superbe vue sur les montagnes des alentours et les alpages tout en fleurs épatent les promeneurs. En vue les Gastlosen, Sattelspitzen, l'impressionnante Wandfluh et le Zuckerspitz.

Paradis du ski de fond entre Simme et Sarine

Tous les fondeurs en rêvent: glisser sur les pistes de ski de fond magnifiques entre Schönried et Saanenmöser en style classique ou libre et traverser les prairies et les forêts enneigées.

Les pistes de ski de fond entourant Gstaad et celles du pays de la Sarine comptent parmi les plus belles de Suisse, selon les connaisseurs.

Tiger-Run

La piste la plus ardue de Gstaad et des environs se trouve dans le Wasserngrat. Le Tiger-Run balisé noir est la descente la plus raide de la région. Sa déclivité est en moyenne de carrément 45 degrés. Même les skieurs confirmés sentent bien les muscles de leurs cuisses une fois arrivés en bas.