Les commémorations de batailles

Suisse

Célébrations en souvenir de batailles historiques


Morgarten (ZG et SZ):
15 novembre 1315, victoire des cantons primitifs sur les Habsbourg.
Fêtée le 15 novembre

Sempach (LU):
9 juillet victoire des cantons primitifs sur les Habsbourgs.
Fêtée le lundi après le 4 juillet

Näfels (GL):
9 avril 1388, victoire des Glaronnais, Uranais et Schwyzois sur les Habsbourg.
Fêtée le premier lundi d'avril

L'histoire de la formation de la Confédération helvétique porte l'empreinte de batailles décisives, lors desquelles le pacte de 1291 a dû être défendu.

Carte détaillée

Partager le contenu

Merci pour votre avis
La série débute avec la victoire de Morgarten en 1315 et se termine avec la défaite d'une armée de mercenaires à Marignan en Italie du Nord en 1515.

Dans de nombreux endroits où une bataille a eu lieu, une fête commémore le jour anniversaire de l'événement et rend hommage aux victimes. A l'origine, ces célébrations étaient essentiellement religieuses et on y priait pour le salut des âmes des morts; ce n'est que plus tard, avant tout au 19e siècle, que sont venus s'ajouter des mobiles patriotiques.

Aujourd'hui, ces cérémonies sont des moments de méditation, elles permettent en cette période agitée de tracer une rétrospective et une prospective critiques.

Les fêtes de Morgarten et Sempach présentent de nombreuses similitudes: lecture du récit de la bataille, discours religieux et profanes, hommages en mémoire des défunts, encadrement musical, tir commémoratif. A Morgarten, la forte participation militaire est frappante; à Sempach, la présence d'un groupe d'étudiants rappelle le rôle influent de la jeunesse académique lorsque la fête a été réintroduite au 19e siècle.

Le Näfelser Fahrt (défilé de Näfels) est marqué par le fait que la minorité catholique du canton de Glaris possède depuis trois siècles les mêmes droits que la majorité protestante. Tandis que la population catholique accompagnée de ses ecclésiastiques se dirige en procession vers l'endroit de la fête, puis vers le monument de la bataille, les réformés se rendent, de façon spontanée, vers les stèles du souvenir.

A Näfels, un prêtre catholique et un pasteur tiennent à tour de rôle le discours. Il faut noter que cette forme d'égalité, qui caractérise la fête, a pris forme seulement en 1844 après de longs démêlés.

0 Commentaires

Commenter cet article

Les champs marqués d'une * sont obligatoires.

Choisissez une vue différente
pour vos résultats: