Sous l'influence romaine

Source: http://de.academic.ru/dic.nsf/dewiki/456580'

Source: http://de.academic.ru/dic.nsf/dewiki/456580'

Le territoire de la Suisse actuelle a été progressivement intégré à l'empire romain entre le 1er siècle av. JC et le début du 1er siècle après JC. La domination romaine s'est terminée en 401 après JC, mais les structures romaines se sont maintenues dans certaines parties de la Suisse jusqu'au début du moyen âge.

Partager le contenu

Merci pour votre avis

L'époque pré-romaine

Les Helvètes étaient une tribu celte, qui donnera plus tard son nom à la version latine du mot "Suisse". Les Helvètes sont mentionnés pour la première fois au 2e siècle av. JC. Au 1er siècle av. JC, ils ont peuplé ce qui est aujourd'hui le plateau suisse ainsi que le sud-ouest de l'Allemagne actuelle. La zone est de la Suisse actuelle a été peuplée par les Rhétiques. Certaines théories prétendent que les Rhétiques avaient des origines étrusques.

Les Romains en Suisse

Après la défaite d'Hannibal au début du 3e siècle av. JC, les Romains envahissent ce qui est actuellement le sud du Tessin. Environ 75 ans après, les Romains envahissent également la vallée du Rhône (y compris Genève), pour contrôler les voies de communication entre l'Italie et l'Espagne.
En 58 avant JC, Jules César empêche les Helvètes, qui voulaient éviter les Germains menaçants à l'ouest et voulaient émigrer vers le sud de la France, de sortir du Plateau suisse. Ils ont été arrêtés à Bibracte (Montmort aujourd'hui Autun, Bourgogne, F) par Jules César. Celui-ci renvoie les Helvètes chez eux et les installe comme "peuple tampon", et bien contrôlé par des soldats romains. Après la mort de César, les Romains parviennent, durant le règne de l'empereur Auguste, à renforcer leur influence sur le territoire suisse. Les Rhétiques tombent en l'an 15 av. JC sous la domination romaine.
Les Romains tentent alors de poursuivre leur avancée plus au nord, vers ce qui est aujourd'hui l'Allemagne, mais en vain. Le Rhin forme ainsi la frontière nord de l'empire romain jusqu'au 5e siècle après JC.
«A cause de la situation géographique, les Helvètes sont cernés de toutes parts. Cela les dissuade de déclencher des guerres contre leurs voisins, une situation bien pénible pour des hommes qui ont la passion du combat. Ils jugent d'ailleurs insuffisantes les dimensions de leur territoire, considérant le chiffre de leur population, leurs prouesses militaires et leur réputation de courage.» Jules César, (100-44 av. J.-C.) La guerre des Gaules, volume 1

La vie sous les Romains

Pendant l'époque romaine, la Suisse ne formait pas une entité politique unifiée. Son territoire était divisé en cinq provinces romaines. Une fois une province pacifiée, le régime romain n'était pas vraiment oppressif. Les élites locales gardaient leur rang et leur prestige et progressivement, toute la population était 'romanisée'. Le latin était la langue officielle mais la langue de communication habituelle était un dialecte celte.
Les Romains construisent des villes comme centres administratifs. Ils y installent aussi des écoles, dans lesquelles l'enseignement se donne en latin. Avec la propagation de l'éducation dans les campagnes (et le latin comme langue d'enseignement), le latin remplace progressivement les dialectes celtes.
Le territoire de la Suisse d'aujourd'hui était pour les Romains une importante artère de communication. Les Romains travaillaient, pour cette raison, à entretenir et même à étendre les routes des cols. Des villes ont été construites le long des axes principaux. Les trois villes les plus importantes étaient à l'époque Aventicum (Avenches, où deux routes commerciales importantes se croisaient), Augusta Raurica près de Bâle (aujourd'hui Augst, sur le Rhin, près de Bâle et Colonia Julia Equestris au bord du Lac Léman, la future Nyon.
Octodurum (Martigny) devient un important centre administratif, Genava (Genève) elle, devient un centre de transbordement des marchandises du bateau à la route.


Jusqu'en 260 après JC, la Suisse romaine a connu un essor économique et culturel. L'acculturation entre la tradition celte et les nouvelles influences méditerranéennes ont eu lieu sans conflit. Suite à l'urbanisation et à la construction de beaucoup de routes, de nouvelles idées et habitudes de vie se sont aussi répandues, comme par exemple les nombreux thermes que l'on construisait même dans les petits vici (villages). Vicus Lousonna (Lausanne), par exemple, devait son importance non pas à son rang politique, mais uniquement à sa prospérité économique. Les autres vestiges de vici étaient Aquae Helveticae (Baden AG) et Lenzbourg, la presqu'île d'Enge à Berne, Turicum (Zurich) et Vitudurum (Winterthour). Les noms de vici connus sont Viviscus (Vevey), Uromagus (Oron-la-Ville), Pennelocus (Villeneuve) et Tasgetium (Eschenz).
A la fin de l'antiquité, la Suisse est redevenue un territoire frontalier. Lors de la réorganisation des provinces romaines au 3e siècle par l'Empereur Dioclétien, la Suisse du nord a été affectée à la nouvelle province Maxima Sequanorum et une chaîne étanche de villes, de châteaux, de tours de garde fortifiées ont été construites le long du Rhin (Limes du Danube-Iller-Rhin). Après l'intrusion des Goths dans l'empire romain occidental, toutes les troupes romaines ont été rapatriées des régions du nord des Alpes pour protéger l'Italie, en l'an 401, et la domination sur la Suisse a été abandonnée.

Choisissez une vue différente
pour vos résultats: