Chez soi loin de la maison.

Faire défiler

Introduction

Faire du kayak en hiver, c’est tout sauf froid. Les combinaisons sèches et chaudes garantissent une expérience extraordinaire sur le lac de Brienz à la saison froide. C’est ce que Dave Storey a découvert par lui-même. Cet Anglais de naissance montre à ses hôtes les parois rocheuses escarpées, l’ambiance mystique du lac et la puissance de la nature.

Bönigen sur le lac de Brienz

La commune de Bönigen est nichée entre d’impressionnants flancs de montagne au cœur des Alpes de l’Oberland bernois, sur la rive méridionale du lac de Brienz. Elle fait partie de la région de villégiature d’Interlaken.

Plus d'Informations

Carte

Carte
Bönigen
Berne Région
Afficher sur la carte

Le kayak est un style de vie

Dave Storey est né à Manchester où il a grandi. Le kayak est une grande passion depuis sa plus tendre enfance. C’est en Suisse qu’il a réalisé le rêve de sa vie: il dirige désormais sa propre école de kayak sur le lac de Brienz. Outre les excursions en kayak, Dave trouve presque tout aussi enrichissant de transmettre la magie de cette activité à ses hôtes. «Le moment où je vois l’enthousiasme naître dans les yeux des débutants est tout simplement génial.»

Peu importe le temps qu’il fait. L’expérience est toujours unique.
Dave Storey
Dave Storey, moniteur de kayak

Ça secoue et ça tape derrière l’hôtel Oberländerhof. Durant la nuit, les embarcations ont gelé. D’une saccade, Dave libère son kayak de son châssis, puis évacue la neige et la glace. Avant que ses hôtes n’arrivent, il se rend sur le lac donner quelques coups de pagaie en solitaire. La neige et le froid ne font pas reculer les kayakistes expérimentés, bien au contraire: «L’hiver est la plus belle saison pour faire du kayak, s’enthousiasme Dave, car il règne alors une atmosphère unique sur le lac.» Et c’est vrai: en hiver, le lac a quelque chose de mystique. Pas un bateau à l’horizon, le lac est lisse comme du verre et le silence est total.  

Plongeon en eau glacée

Tels des bonshommes Michelin de couleur jaune, les participants s’accroupissent en cercle en riant et en évacuant l’excès d’air de leurs combinaisons restées sèches. Elles sont censées maintenir la chaleur sans gêner les mouvements. Peu à peu, la pression monte. Après avoir fait quelques exercices à l’air libre, il est temps d’affronter l’eau glacée. Quelques coups de rame suffisent à certains. Sinon, le moniteur prodigue de précieux conseils: «Le bateau est une prolongation de votre corps», explique Dave avant de montrer comment tourner. Il adore ce genre d’interaction avec ses hôtes.

Le paradis à portée de pagaie

L’eau turquoise est cristalline: en donnant quelques coups de rame près des falaises verticales, on a presque l’impression de flotter. «Le lac de Brienz est tout simplement unique en son genre», déclare Dave. Niché entre deux chaînes de montagnes, il offre une expérience unique au cœur de la nature. En effet, une grande partie de ses rivages sont encore intacts: «Nous pouvons nous arrêter n’importe où et faire une pause. C’est un paradis naturel.»

Coup de foudre en Suisse

Au départ, Dave ne devait suivre qu’une formation de moniteur de ski de deux semaines en Suisse... et cela va faire plus de 10 ans. Il est resté par amour. En cours de physiothérapie, il a rencontré la femme de sa vie: un coup de foudre en quelque sorte. D’un caractère chaleureux, notre Anglais a rapidement trouvé sa place, ainsi qu’un emploi dans le milieu des sports d’hiver. En vrai enfant de la nature, une seule chose lui manquait de plus en plus: «Je ressentais l’énorme besoin de sortir davantage en pleine nature et de reprendre la pagaie.» 

Une excursion sur le lac de Brienz l’a séduit. «Tout était si calme, c’était tout simplement l’endroit idéal pour faire du kayak», se souvient Dave. «Je n’arrivais pas à croire qu’il n’existait pas encore d’offres d’excursions pour cette activité.» Finalement, ce fut le déclic: il lui fallait créer quelque chose bien à lui, et cette pensée l’avait déjà effleuré à plusieurs reprises.

Ce qui a le plus manqué à Dave? L’enseignement et le partage de sa passion.
Lorsque l’eau est très calme, on y voit les montagnes s’y refléter.
Dave Storey

Du parc de stationnement au rêve de toute une vie

Tout a commencé avec seulement cinq embarcations. Sur un seul parking, derrière l’hôtel Oberländerhof à Bönigen. Aujourd’hui, l’école de kayak Hightide a un emplacement permanent sur la plage de Bönigen et propose cours et excursions à longueur d’année. Une petite entreprise familiale qui connaît un franc succès. Mais cela n’est pas dû au hasard. «Ce n’est pas facile de vivre du sport en extérieur, avoue Dave, et je dois beaucoup à mon équipe.» Ce travail n’est jamais routinier et il est primordial d’être un passionné.

Expériences