Plié et poudreuse.

Faire défiler

Introduction

Une carrière de danseuse étoile sur les plus belles scènes du monde lui tendait les bras. Mais la nostalgie des randonnées à ski dans les montagnes valaisannes a été plus forte. Aujourd’hui, Stephanie Schelling combine deux passions à première vue peu compatibles.

Lötschental

Le domaine skiable du Lauchernalp, les villages valaisans authentiques, le romantisme sauvage du paysage: secret encore bien gardé, le Lötschental est un paradis pour les freerider et les randonneurs à ski. 

Plus d'Informations

Carte

Carte
Lötschental
Valais
Afficher sur la carte

La passion de la danse et de la neige

Stephanie Schelling danse depuis l’âge de cinq ans et enseigne la danse classique et moderne. Pendant son temps libre, elle échange ses chaussons de danse contre des chaussures de ski afin de s’adonner à sa grande passion: le freeride et le ski de randonnée.

La proximité avec la nature, l’air frais, la liberté – c’est ce que j’aime dans les randonnées à ski.
Stephanie Schelling

Rêve de poudreuse infini

Les cristaux de neige scintillent, aucune trace dans le velours de la couverture neigeuse. Les papillons s’éveillent dans le ventre de Stephanie. Chez elle, rien que de penser aux pentes de poudreuse libère l’hormone du bonheur. Elle fait du ski depuis l’âge de cinq ans; et depuis son adolescence, elle adore skier à côté de la piste pour trouver la poudreuse parfaite. Le monde de la montagne tout autour de l’endroit où elle habite lui offre des possibilités quasiment illimitées.

Les scènes du monde entier à portée de chaussons

La passion pour la danse de Stephanie est tout aussi grande que son envie de poudreuse. Petite, elle fait comme sa grande sœur, son modèle, et prend des cours de danse classique. Par hasard, elle a la chance de se présenter à la Tanz Akademie Zürich – et obtient immédiatement l’une des places de formation très convoitées. La porte des plus belles scènes du monde lui est alors grande ouverte.

Comme toutes les petites filles, j’ai rêvé autrefois de devenir danseuse étoile.
Stephanie Schelling

Stephanie reste pendant un an à la célèbre école de danse classique de Zurich. Mais elle trouve la formation austère. Les entraînements impitoyables de cette pépinière de talents font presque disparaître sa joie de danser. Stephanie retourne alors en Valais. Sans pour autant abandonner la danse. Bien au contraire: elle commence à enseigner la danse classique et moderne. Et danse elle-même encore jusqu’à aujourd’hui.

À Zurich, j’ai eu un mal du pays épouvantable, les montagnes valaisannes et la neige me manquaient.
Stephanie Schelling

Silence, montagnes – et superbe descente en perspective.

L’air est glacé, la vue dégagée. Le silence absolu n’est interrompu que par le bruit des vêtements claquant au vent. Stephanie et son mari Andreas se tiennent au sommet. Tout autour d’eux, les sommets sont couverts d’un épais manteau de neige. Vers le sud et l’ouest, les sommets de plus de 4000 mètres se donnent rendez-vous, tout en bas se déroule la charmante vallée enneigée du Lötschental. On se croirait sur le toit du monde. Ce panorama est la récompense pour l’ascension fatigante.

Chaussures de ski encombrantes, sac à dos lourd, skis larges, froid polaire – tout le contraire de la danse classique? Pas pour Stephanie. Les pas gracieux de la danse classique se retrouvent dans son style de glisse très élégant et dans son équilibre parfait quand elle prend les virages. Et les efforts imposés par le ski lui donnent encore plus d’endurance quand elle danse.

Sortir du lit tôt le matin, monter vers un sommet sur des skis de randonnée à travers un paysage enneigé et intact – la journée d’hiver parfaite pour Stephanie. Puis arrive l’apothéose: une descente vertigineuse dans la poudreuse qui jaillit sous ses skis. Stephanie et Andreas dévalent la montagne à toute allure vers la vallée. Des cris de pur bonheur leur échappent pendant qu’ils décrivent de larges virages en fonçant vers le bas.

Une assiette valaisanne et un verre de vin blanc après la randonnée à ski – un point final parfait.
Stephanie Schelling

Pour Stephanie, une randonnée à ski réussie ne s’achève pas avec la dernière descente, mais sur une terrasse ensoleillée. Le regard se tourne alors encore une fois vers le sommet, glisse sur les traces qui ornent désormais les pentes et les couloirs. Le taux d’adrénaline redescend, faisant place à une satisfaction profonde. Il reste les visages qui rayonnent – et la joie à la perspective de la prochaine randonnée. 

Ici, nous avons tout: beaucoup de neige, des hautes montagnes et du soleil – je ne veux être nulle part ailleurs.
Stephanie Schelling

Expériences