Reine des airs.

Faire défiler

Introduction

Médaillée d’argent aux Jeux olympiques à 18 ans, médaillée d’or aux X Games à 19 ans: Mathilde Gremaud est l’étoile montante du ski freestyle et enchaîne les victoires. L’énergie et le calme, secrets de sa réussite, c’est dans sa région natale, la Gruyère, qu’elle les puise.

La Berra

Le domaine skiable de La Berra se situe sur le territoire du petit village de La Roche, à environ 20 km au sud de la ville de Fribourg, au bord du lac de la Gruyère: une petite structure à taille humaine jouissant d’un panorama exceptionnel.

Plus d'Informations

Carte

Carte
Fribourg Région
Fribourg Région
Afficher sur la carte

Une carrière fulgurante

Elle n’a que deux ans lorsqu’elle chausse ses premiers skis, et douze ans quand elle découvre le ski acrobatique. Mathilde Gremaud (née en 2000) a grandi à La Roche (FR). Rapidement, elle remporte des compétitions régionales, puis nationales et finalement internationales. C’est aujourd’hui à l’école de sport-étude d’Engelberg qu’elle exploite pleinement son talent et perfectionne sa technique.

Une vraie «Super Ball» sur skis

On pourrait la croire montée sur ressorts. À peine Mathilde a-t-elle chaussé ses skis qu’elle bondit ici et là, comme un enfant qui ne peut pas tenir en place. Pour elle, chaque irrégularité de la piste est prétexte à une figure. Et au moment où l’on s’attend à la voir enchaîner sur un nouveau saut, elle disparaît sans préavis dans un étroit chemin forestier.

Deux compétitions la même journée: la première ratée, la deuxième couronnée d’une victoire – quel fantastique grand huit émotionnel!
Mathilde Gremaud

Ses jambes sont lourdes comme du plomb. Elle éprouve de plus en plus de difficultés à se concentrer. Elle s’entraîne cinq heures par jour, pendant quatre jours. Puis vient le jour du championnat. Même pour les meilleurs skieurs freestyle du monde, les prestigieux X Games exigent le maximum. Lors de l’édition 2019 à Aspen aux États-Unis, Mathilde concourt en slopestyle le matin et en big air le soir.

L’échec est cuisant lors de la première épreuve. Sa déception mine ses dernières forces. Pourtant, ses séances d’entraînement l’avaient rendue très confiante. Après ce revers, il lui est d’autant plus difficile de se remotiver pour l’épreuve du soir. Mais là-haut, sur la rampe de départ, Mathilde se sent tout à coup galvanisée. Et c’est avec une conviction inébranlable qu’elle se lance dans les airs: elle exécute un parfait switch double Cork 1080, un double salto arrière avec triple rotation. Et remporte la médaille d’or!

De la vallée des larmes à l’Olympe

C’est ainsi tout du moins que l’on pourrait décrire son état émotionnel il y a deux ans. Mathilde s’était blessée au pied. Hors de question alors de skier – pas d’entraînement, et a fortiori, pas de compétition des mois durant. Et ce, à moins d’un an des Jeux olympiques. La jeune Fribourgeoise avait cependant été sélectionnée dans l’équipe olympique suisse sur la base de ses performances antérieures. Une chance! Ce n’est qu’à Pyeongchang qu’elle reprend l’entraînement, après des mois d’interruption. Puis lors de sa première compétition, en slopestyle, se réalise un vrai conte de fées: elle décroche la médaille d’argent olympique.

Après tant d’agitation et de voyages, on apprécie d’autant plus les petits domaines skiables comme La Berra.
Mathilde Gremaud

Son idée fixe depuis l’enfance: skier!

Petite déjà, elle passait chaque minute de son temps libre à dévaler les pistes de La Berra. Les enfants du village formaient une bande d’inconditionnels de la glisse. Ils empruntaient les pelles à neige de leurs parents et façonnaient de petits tremplins pour se catapulter dans la poudreuse. Les forêts abritaient leurs descentes secrètes. Et quand Mathilde rentrait chez elle, bien après la fermeture des remontées mécaniques, la nuit était déjà généralement tombée. 

Aujourd’hui encore, j’aime foncer sur les chemins forestiers là où j’ai grandi. Je me sens à nouveau comme une enfant.
Mathilde Gremaud

En bonne Fribourgeoise, c’est une inconditionnelle de la fondue!

Faire défiler

Entre des compétitions aux quatre coins du monde, les cours à l’école d’Engelberg, une nuit ici, d’autres là, Mathilde passe le plus clair de son temps loin de chez elle. Sa famille tient pourtant une place centrale dans sa vie. Pour elle, rien n’est plus beau que de dormir dans son lit. Ou d’aller faire quelques virages avec sa mère au domaine skiable de La Berra.

La nuit tombe. Le soleil couchant inonde magnifiquement la terrasse du restaurant de montagne, le «Gîte d’Allières». Les Préalpes fribourgeoises reflètent les lueurs rouges du crépuscule. Pour Mathilde, ces instants font partie d’une journée parfaite passée chez elle. Retrouver ses proches dans un endroit sympathique après une sortie à ski, bavarder, et naturellement, partager une fondue moitié-moitié. Avant une dernière descente pour rejoindre la vallée. Les remontées mécaniques sont fermées depuis longtemps.

Passer quelques jours ici me permet vraiment de refaire le plein d’énergie et de me détendre.
Mathilde Gremaud