Le pouvoir des femmes. Swiss Historic Hotels.

Faire défiler

Introduction

Sans Maria Schmid, l’hôtel Ofenhorn de Binn n’aurait sans doute pas survécu à la Belle Époque. Grâce à d’autres femmes de caractère, il rayonne aujourd’hui de toute sa splendeur historique et enchante les hôtes encore et toujours. Le Patrimoine Suisse considère l’hôtel «Ofenhorn» comme l’un des plus beaux hôtels de Suisse.

Hôtel Ofenhorn

Cet hôtel d’époque a été continuellement restauré avec grand soin dès 1987 par l’association Pro Binntal. Il brille désormais d’un nouvel éclat sous la houlette de Regula Hüppi.

Plus d'Informations

Carte

Carte
Binn
Valais
Afficher sur la carte

Dans la vallée des trésors cachés. L’arrivée des Britanniques dans la vallée du Binntal.

Faire défiler

Une hôtelière pas comme les autres

Difficile de l’imaginer aujourd’hui: Maria Schmid était déjà mère de neuf enfants lorsqu’elle emménagea au nouvel hôtel Ofenhorn en 1883. Cinq autres allaient suivre. C’est entourée d’une maigre équipe et d’une ribambelle d’enfants qu’été après été, elle faisait tourner l’hôtel pendant que son époux accompagnait des clients en montagne. 

Maria Schmid
Binn, Swiss Historic Hotel Ofenhorn_25

En route pour la vallée de Binn

Afin de pouvoir venir chercher des minéraux à Binn, les aristocrates britanniques devaient rejoindre le continent en bateau, se rendre à Brigue en train, puis à Fiesch en diligence postale. De là, munis de leurs bagages, il leur restait deux heures et demie à pied pour arriver à Binn. «Et dire que nous pensons avoir une vie difficile», s’amuse Regula Hüppi. «Maria Schmid devait avoir un don particulier, une sorte d’aura maternelle, un sens inné de l’hospitalité», nous confie Regula Hüppi. Car les Britanniques étaient de plus en plus nombreux à venir. En 1897, l’hôtel a pu être agrandi (et accueillit notamment le jeune Winston Churchill) et en 1906, une dépendance a suivi. 

Binn, Swiss Historic Hotel Ofenhorn_1

La renaissance de l’hôtel Ofenhorn

Cette demeure historique doit son second souffle à l’association Pro Binntal qui, depuis 1985, a pris en charge l’unique hôtel de la vallée et le fait aller de l’avant avec audace. Entre 2007 et 2016, elle l’a fait restaurer en attachant une grande importance à l’aspect historique. De vieux planchers en pin ont été mis à nu, d’anciennes peintures Art nouveau ont été révélées, l’ancienne «Petite Salle» a été meublée avec des pièces originales de la Belle Époque, la tapisserie de la salle de petit-déjeuner a été reconstituée à partir de fragments originaux et reproduite en hexachromie, un procédé d’impression complexe à base de six couleurs. Très rapidement, le bijou qu’il était redevenu a été considéré comme l’un des plus beaux hôtels historiques de Suisse.

Regula Hüppi

Juste avant d’obtenir son diplôme de l’école hôtelière de Thoune et sans vraiment savoir quelle voie suivre, Regula s’est décidée à aller à Binn et gérer l’établissement le temps d’une saison. Elle n’avait alors pas encore 30 ans. Cela fait maintenant la troisième année qu’elle est là – et heureuse. «Les gens d’ici sont très ouverts, je bénéficie d’un soutien total.»

Comment je gère l’établissement? Avec authenticité, cœur et simplicité.
Regula Hüppi
Binn, Swiss Historic Hotel Ofenhorn_17

Il arrive encore de temps en temps que des hôtes demandent à voir «le patron», nous confie Regula Hüppi en riant: «Alors j’envoie un collaborateur à la réception et je savoure le spectacle.» Dans ces moments-là aussi, c’est non sans une certaine fierté qu’elle pense à Maria Schmid et aux autres femmes qui l’ont précédée. À leur force et au plaisir qu’elles avaient à accueillir leurs hôtes, et à cette citation dont elle ne sait plus qui l’a prononcée: «La réussite des femmes augmente avec l’absence de l’homme.»

Binn, Swiss Historic Hotel Ofenhorn_13