Des skis et des moutons contre le stress.

Faire défiler

Introduction

En tant que directeur d’hôtel à Zermatt, Paul-Marc Julen poursuit l’œuvre de ses ancêtres. L’élevage des moutons à nez noir, une espèce indigène, fait également partie de la tradition familiale. Et dès que c’est possible, l’hôtelier dévale les pistes au pied du Cervin avec ses garçons.

Bien plus que le Cervin!

360 kilomètres de pistes, des remontées mécaniques modernes, la station de téléphérique la plus élevée d’Europe, une gastronomie variée: voici seulement un petit échantillon des atouts qu’offre Zermatt.

Plus d'Informations

Carte

Carte
Zermatt
Valais
Afficher sur la carte

Un entrepreneur défenseur des traditions

Paul-Marc Julen se trouvait à l’orée d’une carrière de champion de ski. Aujourd’hui, il gère l’hôtel familial - en tant que troisième génération. Père de deux enfants, il s’est par ailleurs engagé comme président de Zermatt Tourisme.

Il y a des moments où tu ne peux tout simplement pas résister à l’appel des pistes... alors le travail doit attendre.
Paul-Marc Julen

Où y a-t-il encore de la poudreuse? Où sont les pistes les plus longues? Où peut-on déjeuner avec la vue sur le Cervin? Pendant le petit-déjeuner, Paul-Marc Julen donne mille conseils à ses hôtes pour qu’ils passent une journée de ski parfaite. Les recommandations de l’hôtelier valent leur pesant d’or. Il a grandi ici, il connaît Zermatt et le domaine skiable comme sa poche et est lui-même un fan des sports d’hiver.

Son regard se perd au loin à travers la vitre. Le Cervin s’enflamme sous le soleil matinal. Qui vit à Zermatt est en proie à un dilemme quotidien: avoir un domaine skiable grandiose à portée de ski, mais – contrairement aux hôtes – devoir travailler. Toutefois, quelqu’un comme Paul-Marc Julen n’arrive pas toujours à résister aux conditions d’enneigement idéales. Et pour quelques virages à skis, il lui arrive de remettre au soir son travail de bureau.

Dimanche, c’est le jour de la famille, jour de ski!

Jarno et Rajan sont déjà fin prêts en combinaison de ski et attendent leur père. Les deux fils de Paul-Marc Julen sont au moins aussi mordus de ski que leur père et sont impatients de dévaler les pistes avec Papa. Chez les Julen, le dimanche est réservé à la famille. En hiver, le programme du jour est tout fixé: vite sur les pistes!

Quand nous partons faire du ski en famille, nous avons toujours des discussions sur l’endroit où aller.
Paul-Marc Julen

À Zermatt, l’offre de pistes est hallucinante. Le visiteur qui vient à Zermatt n’a que l’embarras du choix. Mais les locaux comme la famille Julen ont aussi parfois des difficultés à planifier leur journée de ski parfaite. Rajan dispute des compétitions de ski et veut dévaler les pistes les plus raides. Jarno, lui, adore les sauts et pourrait s’éclater toute la journée au Freestyle Park. Maman préfère les pistes tranquilles et Paul-Marc essaie de combiner tous les souhaits.

Le ski à Zermatt, c’est plutôt un voyage qu’une simple descente – et lors de ce voyage, chacun y trouve son compte.
Paul-Marc Julen
  • 3883 mètres C’est l’altitude où se situe la plus haute station de téléphérique – le record d’Europe!
  • 360 km de pistes, au choix, pour tous les niveaux de difficulté.
  • 21 km de pistes sont préparés pour le ski en été.
  • 1 Freestyle Park avec pipe, kickers et rails – toute l’année.

Toutefois, la famille Julen est d’accord sur un point: lors de la journée de ski en famille, l’aspect culinaire ne doit pas être négligé. Et, là aussi, chacun a ses préférences. Mais les nombreuses descentes à toute allure durant la matinée ont pompé sur les réserves d’énergie. La faim pousse rapidement Paul-Marc et ses garçons autour d’une table.

L’odeur du fromage fondu de la raclette embaume l’air. La vue de l’assiette valaisanne met l’eau à la bouche et chasse la fatigue dans les jambes. Le tout avec l’air frais de la montagne et le panorama sur cet univers montagneux unique dominé par le Cervin: on pourrait rester ici pendant une éternité et faire le plein d’énergie. Mais l’appel des pistes se fait à nouveau ressentir, avec une descente interminable jusqu’au village.

L’élevage de moutons, une attache aux racines familiales

Au pied de la piste se dresse l’exploitation agricole de la famille Julen. Les garçons assaillent Paul-Marc pour aller voir les agneaux. L’hôtelier cède avec grand plaisir. L’élevage des moutons à nez noir, une espèce indigène, est pour lui un élément fondamental de la tradition de Zermatt. Cela lui rappelle d’où il vient.

L’étable retentit de bêlements joyeux. Curieux, les moutons se pressent près de la clôture. Ils semblent vouloir saluer Paul-Marc. À moins qu’ils n’espèrent une portion de nourriture supplémentaire? Qu’ils reçoivent d’ailleurs: Jarno et Rajan veulent à tout prix nourrir un agneau au biberon. Les hôtes aussi ont la possibilité de caresser les moutons et d’en apprendre davantage sur cette espèce spécifique. Chaque mercredi, l’étable est ouverte aux visiteurs.

Les hôtes dorment sur des oreillers et sous des couvertures confectionnés avec la laine de nos moutons.
Paul-Marc Julen

Chez les Julen, la durabilité n’est pas un vain mot. Tout ce qu’ils tirent de l’agriculture est utilisé à l’hôtel et au restaurant. Paul-Marc et ses fils grignotent un peu de viande séchée. Produite chez eux, cela va de soi. Puis, il est l’heure pour les garçons de s’atteler à leurs devoirs. Le cercle des traditions se referme: de l’hôtel à la famille, en passant par le ski et l’agriculture. Typiquement Zermatt.

Expériences